Contenu

Condamnation des violences à Bastia le 5 octobre 2016

 

Le préfet de la Haute-Corse et le procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Bastia communiquent :

 

Communiqué de presse du 6 octobre 2016

Dans le cadre du jugement de Nicolas Battini, Joseph-Marie Verdi et Stephane Tomasini jugés à Paris pour un attentat à la voiture-bélier contre la sous-préfecture de Corte en avril 2012 et un attentat contre l’OEC en février 2012, une manifestation d’une centaine de personnes en soutien a donné lieu à des violences en centre-ville de Bastia dans la soirée du mercredi 5 octobre.

A l’issue de cette manifestation qui se voulait pacifique, une soixantaine d’individus dont certains cagoulés se sont massés au niveau de la Place du Marché, ont mis le feu à des poubelles et ont multiplié les jets de cocktail Molotov, de pierres et de gros pétards.

Grâce à une intervention rapide, les pompiers ont pu être rapidement éteindre les incendies, et les forces de l’ordre sécuriser les lieux faisant l’objet d’exactions.

Les manifestants ont alors violemment pris à partie les forces de l’ordre en leur jetant des cocktails Molotov, des gros pétards, des "marrons de terre" et d’autres projectiles. Les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser les manifestants, par l’usage d’un certain nombre de grenades lacrymogènes. Ces heurts violents ont fait quatre blessés légers parmi les forces de l’ordre, gendarmes mobiles et policiers de la sécurité publique.

Une enquête a été ouverte pour identifier les auteurs de ces agissements.

Le Préfet et le procureur de la République tiennent à condamner vigoureusement les violences qui ont été commises.

Ils saluent l’action des forces de l’ordre qui sont intervenus avec sang-froid et discernement pour assurer la sécurité des personnes et des biens, et empêcher de nouvelles exactions, et autres possibles dérapages contre les lieux publics ayant servi de cibles.

Ils souhaitent un prompt rétablissement aux policiers et gendarmes blessés.

Enfin, ils appellent au calme et au sens des responsabilités de chacun pour éviter que de tels violences ne se reproduisent.